Description du projet

René Perret

Pasteur retraité

« A bâbord touTEs! Pour que toutes soient embarquéEs »

Je suis pasteur retraité de l’Eglise réformée neuchâteloise. J’ai fait le tour du canton durant ma vie : enfance à Boudry, études à Neuchâtel, puis paroisses au Val-de-Ruz (Savagnier et La Côtière-Engollon), La Chaux-de-Fonds (Les Eplatures), le district du Locle (basé à La Brévine) et Le Val-de-Travers (basé à Môtiers). J’ai aussi été aumônier de prison 4 ans à Gorgier. J’ai aimé découvrir les régions de notre canton, exerçant mon métier surtout en région rurale.
En couple remarié, avec Chantal Berger depuis 23 ans, nous sommes sept fois parents et dix fois grands-parents.

Dans l’exercice de mon travail de pasteur, je me suis refusé à m’engager en politique, étant au service d’une population adhérant à plusieurs partis. J’ai cependant toujours voté socialiste, l’Evangile auquel je fais confiance défendant d’abord les petits de la société.
Rendu à la vie civile, je peux consacrer de mon temps et de mon énergie à concrétiser sur le terrain les idées et les initiatives socialistes pour le bien de la communauté vallonière.
Comme Jean Ziegler – parmi tant d’autres – je croix qu’il est nécessaire de faire ce qui est en notre pouvoir pour que la justice sociale avance, pour mener tous les combats pour la paix, la vie de tous les vivants.

Voici les valeurs qui m’importent :

  • La justice. Que chaque humain soit traité avec le respect qui lui est dû ; qu’il ait sa chance comme quiconque dans sa vie ; qu’il exerce sa responsabilité dans un cadre de droits et de devoirs clair.
  • La crédibilité. Les propos et les agissements des membres du parti doivent être crédibles, inspirer la confiance et le respect même de ceux qui ne partagent pas nos idées. La parole donnée, la franchise dans ce que l’on sait comme dans ce que l’on ignore doivent être « parlants » pour tous ceux qui nous sont confiés.
  • L’honnêteté. La vie menée en accord avec les lois, en résistant au margoulinage même très bien caché. Si des lois sont à combattre, à modifier, agir dans le cadre prévu, même avec acharnement, mais d’une manière non-violente.
  • L’amour. C’est en aimant profondément la vie, où qu’elle se manifeste, que nous pouvons le mieux penser comment agir pour le bien de nos concitoyens, comme pour notre bien et celui des nôtres.

Contact

J’ai une idée à proposer