Description du projet

Katia Della Pietra

Conseillère générale

« Lorsque la différence crée de la souffrance, cela signifie que ces différences doivent être allégées par l’intégration et l’inclusivité ».

J’ai 50 ans, je suis à née à Fleurier. Issue d’une famille d’immigré.e.s italien.ne.s : mon père entrepreneur en maçonnerie, ma mère  tantôt femme de ménage ou ouvrière dans l’horlogerie ; j’ai deux sœurs aînées. Je vis avec mon compagnon et notre fille, à Môtiers et je travaille dans l’horlogerie en qualité de responsable communication.

Mon père a demandé la naturalisation deux ans avant ma naissance :  je suis donc née suissesse bercée par l’accent chantant de ceux qui se sont entêté.es à nous parler en français et rarement en italien. C’est en fouillant dans de vieux papiers que j’ai retrouvé l’acte de naturalisation et que j’ai ressenti avec émotion le chemin parcouru. Schwarzenbach menaçait.

Ce que j’éprouve aujourd’hui, c’est infiniment de reconnaissance à celui et celle qui m’ont fait naître et grandir à Fleurier.

De la jeunesse aux convictions…

« La communauté s’enrichit et grandit des différences qu’elle englobe. Je me battrai pour l’égalité des chances à tous les niveaux »   

Être une femme dans notre société si inégale, c’est devoir se mobiliser sur tous les fronts pour une reconnaissance moindre qu’elle soit salariale ou hiérarchique. Je me battrais donc sans relâche pour l’égalité, la formation continue et une éducation non-genrée.

Contact

J’ai une idée à proposer